Mois: février 2017

Feu vert pour la reprise des travaux de l’éco-quartier Montaigu

Après plusieurs années de blocage, lié à des contentieux judiciaires, les élus melunais ont évoqué la reprise des travaux pour l’éco-quartier de Montaigu. Des négociations ont été menées afin d’éviter d’attendre la décision de justice.

12/02/2017 à 17:33 par Julien Van Caeyseele

Des bulles de ventes désertes alignées à l’entrée nord de Melun, des travaux entamées sur la plaine de Montaigu et au point mort depuis des années. Lors du conseil municipal de Melun, jeudi 2 février, les élus ont évoqué la reprise prochaine des travaux de l’éco-quartier de Montaigu. Les groupes d’opposition sceptiques
Lors du conseil municipal, les élus d’opposition ont indiqué leur crainte quant aux nouveaux contours du projet. Dans leur ligne de mire, l’appellation d’éco-quartier et la densification liée aux 219 logements supplémentaires.


(…)
Ils ont voté contre la délibération. Lors de la délibération concernant l’éco-quartier Montaigu, les groupes d’opposition Bien vivre à Melun et Un nouveau souffle pour Melun ont fait part de leurs interrogations quant aux contours de la reprise de ce projet.
« La commune n’est pas responsable des recours en justice, a admis François Kalfon (PS). Mais nous ne voulons pas d’un éco-quartier cosmétique qui ressemble plus à du greenwashing qu’autre chose. »
Ainsi, l’élu d’opposition redoute que le nom d’éco-quartier ne soit qu’une image afin de donner au projet un aspect écologique responsable « alors qu’il est dominé par une logique de promotion immobilière », selon lui. Dans sa ligne de mire, la densification du projet.
« Notre volonté est d’apporter une vraie plus-value au projet, a rétorqué Nathalie Gagnarde de Crédit Agricole immobilier. Une conciergerie sociale et solidaire sera d’ailleurs intégrée au projet. »
Pour Claude Bourquard (SE), du groupe Bien vivre à Melun, « l’éco-quartier doit obligatoirement intégrer des initiatives citoyennes. »
Et d’ajouter : « Il est nécessaire de proposer une innovation audacieuse concernant la conception de l’école : ce futur quartier doit devenir un outil pédagogique pour les habitants qui vont y vivre. »
Pour Bénédicte Monville de Cecco (EELV), ce projet prive la ville d’un espace naturel : « Une ceinture maraîchère aurait pu être envisagée plutôt que de l’immobilier », a-t-elle estimé. « C’est un éco-quartier qui n’en portera que le nom. »

Lire l’article en entier

Publicités

Débat d’orientation budgétaire : pas de hausse des impôts en 2017

25401-170204154610587-01-630x0

Lors du conseil municipal de Melun, jeudi 2 février, les élus ont réalisé le débat d’orientation budgétaire. Le désendettement de la ville a été salué par l’opposition qui a toutefois vivement critiqué les choix de l’équipe majoritaire.

08/02/2017 à 18:10 par Julien Van Caeyseele

« Nous allons continuer de reconsidérer les politiques publiques pour rationaliser les dépenses et permettre un autofinancement. » La phrase a été lancée par Kadir Mebarek, adjoint au maire de Melun, lors du débat d’orientation budgétaire, réalisé jeudi 2 février lors du conseil municipal. L’élu a d’ailleurs rappelé la priorité du désendettement de la ville jusqu’à la fin du mandat.

« Ça va mieux »

Une politique qui, selon l’élu, sera poursuivie « sans recours au levier fiscal et les taux resteront donc inchangés cette année », a indiqué Kadir Mebarek. Chiffres à l’appui l’élu a indiqué que « les finances de la commune sont en amélioration constante depuis 5 ans », un exercice réalisé, selon lui, « en conservant les services proposés aux Melunais. »

Pour parvenir à ces résultats, la majorité a notamment procédé à la vente de patrimoine « non-indispensable. » Une politique dénoncée par l’opposition, François Kalfon en tête. « Ça va mieux », a d’abord souligné le socialiste, concernant les finances de la ville. Avant d’attaquer : « Le temps de la dépense folle est terminé mais c’est un désendettement en trompe-l’œil. À quel rythme pourra-t-on continuer de vendre les bijoux de familles ? »

Appauvrissement

Et Kadir Mebarek de rétorquer : « Les cessions de terrains n’entrent pas dans le plan de désendettement, nous avons une vision globale. » Un argument qu’a également mis en avant Claude Bourquard du groupe Bien Vivre à Melun : « Il y a un appauvrissement des ménages à Melun et il faut développer les projets de solidarité sociale », a-t-il insisté, proposant la mise en place du quotient familial.

Sa collègue, Bénédicte Monville de Cecco a quant à elle dénoncé « la découpe de la ville, sans vision globale : vous augmentez le volume immobilier, cela va faire baisser les prix et on va se retrouver avec une population pléthorique sans que les services ne suivent. » Parmi les investissements, le budget de déploiement de nouvelles caméras et le recrutement de policiers municipaux a été critiqué par l’opposition.

L’élue écologiste a par exemple dénoncé a une nouvelle fois dénoncé une « politique du tout sécuritaire. » « C’est faux », a vivement répondu Louis Vogel, le maire de Melun. « Nous continuons notre politique en faveur des associations », a-t-il insisté. « Nous ne baissons pas les services aux habitants mais il est nécessaire de rationaliser en faisant des choix. » Le vote du budget sera réalisé au mois de mars, lors de la prochaine séance du conseil municipal.

Pour lire l’article sur le site du journal

Melun. Le projet d’écoquartier de la Plaine de Montaigu relancé et agrandi

Sophie Bordier
08 février 2017, 14h30
Pour Bénédicte Monville de Cecco (EELV), qui déplore la densification de logements, c’est un « non-sens écologique » car ce programme « prive la ville d’un espace naturel qui aurait pu accueillir des activités maraîchères, une agriculture urbaine. »
Lire l’article en entier là :
http://m.leparisien.fr/melun-77000/melun-le-projet-d-ecoquartier-de-la-plaine-de-montaigu-relance-et-agrandi-08-02-2017-6665334.php